Temps de lecture :

Combler les lacunes en langues des professionnels de santé grâce au eLearning

Quelle est l’importance de la maîtrise des langues étrangères dans le domaine médical ? Il devient urgent pour les professionnels de santé d’améliorer leurs compétences en communication internationale. Les barrières linguistiques peuvent en effet affecter les soins apportés aux patients.
Combler les lacunes en langues des professionnels de santé grâce au eLearning

Comment combler les lacunes en langues dans le domaine médical grâce au eLearning ?

Alors que le secteur peine à faire face à une crise du personnel infirmier en faisant appel à des agences intérimaires ou à du personnel étranger, le fossé de la communication se creuse dans de nombreux pays. En 2015, les réglementations limitant l’embauche du personnel étranger  en  Grande-Bretagne ont été levées pour faire face à la pénurie de travailleurs infirmiers dans les services de la NHS. À partir d’avril 2017, tous les postes infirmiers restaient inscrits sur la liste gouvernementale des métiers en pénurie dans le pays, autorisant ainsi à traiter en priorité les dossiers des infirmiers non européens.  En France, depuis la crise, l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la Grèce sont devenus d’importants viviers de recrutement (Source : AFP)

Au Brésil, la pression sur le système de santé est telle que le gouvernement a été forcé de créer un programme intitulé Mais Médicos (Plus de docteurs), favorisant le recrutement de milliers de docteurs étrangers pour travailler dans les zones pauvres et isolées du pays. Un éditorial publié dans la revue scientifique SciELO a attiré l’attention sur l’impact que pourrait avoir le recrutement de docteurs sans formation linguistique appropriée, soulevant la question suivante :

Quelle est l’importance de la maîtrise des langues dans le système de santé ?

L’éditorial fait référence à des études scientifiques indiquant que, pour un patient, la barrière de la langue équivaudrait à recevoir 50% d’antalgiques en moins suite à une fracture, ou encore à trois rendez-vous de suivi manqués pour une personne souffrant d’asthme.

La formation linguistique des professionnels de santé est à la traîne

Les services de santé de par le monde ne peuvent plus se permettre de compter sur un noyau stable d’effectifs avec une langue commune et un mode de communication préétabli. Ce manque d’ouverture a un impact réel sur le secteur de la santé qui n’est pas dans une position favorable pour répondre à ce problème. En effet, le secteur semble avoir pris du retard sur les autres secteurs dans tous les aspects de la formation et du développement.

Selon l’étude Towards Maturity, neuf organisations sur dix cherchent à améliorer leur gestion des talents en améliorant leur efficacité, en affinant leur processus, en stimulant la performance, en cultivant la mobilité et en agissant sur la culture de l’entreprise. Cependant, lorsque les chercheurs ont poussé leur analyse plus loin pour savoir quels secteurs avaient atteint ces objectifs avec le plus de succès, le secteur de la santé réussissait moins bien que les autres secteurs (à savoir le secteur de la finance, celui de l’informatique, des entreprises de télécommunications, de la vente au détail, des prestations professionnelles et aussi celui des associations caritatives.) Il y a un besoin urgent pour le secteur médical d’examiner comment améliorer ses aptitudes en langue et communication pour égaler son niveau de compétence technique.

Les barrières de la langue dans le secteur de la santé peuvent affecter la qualité des soins

En Australie, une équipe de chercheurs étudiant les difficultés de communication avec les patients  avance le point suivant : ‘Un manque de communication dans le secteur médical peut être fatal. Le nombre croissant de migrants et de personnel formé à l’étranger est synonyme d’un risque d’erreur accru entre un professionnel de la santé et un patient alors que l’un d’entre eux, ou même les deux, parlent une langue seconde.’ Cette équipe de recherche travaille sur un protocole pour élaborer une manière sûre et efficace de communiquer avec des patients et des cliniciens qui n’ont pas la même langue maternelle.  Entre temps, certains centres hospitaliers ont fourni des exemples de bonnes pratiques en ce qui concerne les compétences linguistiques et de communication.

Les hôpitaux dynamisent leurs compétences linguistiques

Speexx a travaillé avec un fournisseur de services de soins de santé intégrés et destinés principalement à des diplomates étrangers et à la communauté expatriée dans de grandes villes chinoises. L’anglais est la première langue utilisée par ce fournisseur et il voulait faciliter les pratiques de communication professionnelle entre le personnel et les patients parlant les langues anglaise et chinoise. Il a fallu prendre en compte l’écart entre les compétences du personnel de langue maternelle anglaise et le personnel infirmier chinois mais aussi améliorer les compétences des employés en contact avec les patients étrangers.

Pour cette situation Speexx a utilisé l’approche Blended Learning. Le projet a démarré avec un test des compétences basé sur le cadre européen de référence pour les langues CECR pour identifier les employés ayant besoin de participer au programme d’apprentissage. L’étape suivante a consisté en de nombreux rendez-vous en ligne et hors ligne pour obtenir des étudiants qui s’investissent dans leurs objectifs d’apprentissage. Un portail web sur mesure a été créé en chinois et en anglais. Il a été intégré au site internet principal pour faciliter l'accès des étudiants aux ressources pédagogiques où qu’ils soient. Plus de trois quarts des étudiants ont progressé de trois niveaux sur l’échelle des six niveaux de compétence du CECR et 97% des étudiants ont atteint leurs objectifs d’apprentissage, augmentant leur vocabulaire professionnel de manière considérable.

Communication médicale : rendre la santé à la fois sûre et efficace

Les responsables formation ont déjà commencé à encourager les formations virtuelles en langues dans les établissements de santé, mais il reste encore à faire. Presque la moitié (43%) des responsables formation de tous les secteurs ayant répondu à l’enquête Speexx Exchange s’accorde à dire qu’ils ont ‘établi ou incorporé le eLearning dans l’ensemble de l’organisation’. ‘Notre culture d’apprentissage est intégrée à notre travail de tous les jours.’ Ceci, contre seulement 17% l’année précédente. Cela représente un changement radical. En réalité, il est probable que cela ne concerne que de courts modules pratiques tels que la formation santé ou sécurité. Il reste beaucoup de travail à faire pour intégrer la formation en langues au flux quotidien de travail si on veut que les soins de santé soient sûrs et efficaces.

Speexx vous donne gratuitement accès à de nombreuses ressources pour vous aider à développer votre stratégie et à dépasser les barrières de la langue dans votre entreprise. Vous pouvez les consulter dans notre rubrique Livres Blancs.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur speexx.com.

 
Montrer les commentaires